Le 5 septembre 2016 à 14h au Service commun de formation en sciences humaines et sociales (SCF SHS), Jérôme Fallavollita a soutenu son mémoire de M2 recherche HPDS : 'Approche épistémologique des rapports entre science et pratique clinique en kinésithérapie - Réflexion sur la rééducation neuro-musculo-squelettique'

Jury : Jérôme Goffette (directeur) Olivier Perru, Paul Groud.

Rapporteur : Jonathan Simon

Résumé
La kinésithérapie, profession paramédicale mise sous la tutelle de la médecine en France, soulève depuis quelques années un grand nombre de questionnements sur la place qu’elle occupe dans le système de santé. Ce mémoire se propose de mener une réflexion sur le rôle du kinésithérapeute dans sa pratique clinique et des interactions que cette dernière entretient avec les sciences médicales. Dans la nécessité de parvenir à une amélioration constante de sa pratique en cabinet, le kinésithérapeute est aujourd’hui grandement orienté vers une recherche de scientificité et de spécialisation. Sous une volonté d’unification internationale, la kinésithérapie est conduite à s’organiser par le biais de grandes associations transnationales. En ce sens, la pratique de la kinésithérapie doit être interrogée pour en extraire les traitements les plus efficaces aux moyens de la recherche systématique. Cependant, son sujet d’étude reste le patient et les kinésithérapeutes ne doivent pas omettre de se concentrer aussi sur les caractéristiques spécifiques de l’être humain dans un contexte de soin. La pratique clinique la plus efficiente se situe donc probablement à la réunion des deux grands attributs que sont la science, sous une analyse critique de ses possibilités, et l’art du clinicien, construit autour d’un raisonnement clinique structuré, pour proposer le soin le plus efficace et individualisé aux patients.