Le vendredi 11 septembre 2015 (à 14h30) Marc Troudet a soutenu son mémoire M2 HPDS à la Pagode.

La  géométrie pratique à l’académie de Lyon au siècle des lumières La contribution en longimétrie d’Etienne Dugaiby (1736-1763)
résumé:
Entre 1736 et 1759, vint-cinq mémoires de géométrie pratique[1] ont été produits par les académiciens, ordinaires et associés des Académies de Lyon. Le classement de ces manuscrits montre, à cette étape, une  contribution dans ce domaine à la fois régulière et abondante d’Etienne Dugaiby, académicien ordinaire de la classe des géomètres. Ses mémoires de longimétrie renferment cinq instruments destinés à effectuer des mesures de distances inaccessibles ou de levés de plan.
Dans une première partie, nous commencerons par dresser un tableau de cette discipline des mathématiques durant cette période. Nous insisterons plus particulièrement sur les instruments de longimétrie et les théorèmes de géométrie spéculative qu’ils emploient. A cette fin, nous utiliserons des traités de géométrie pratique, des dictionnaires de mathématique ou des articles de l’Encyclopédie. Nous poursuivrons avec une brève étude des mémoires de géométrie pratique des académiciens de Lyon,  contemporains d’Etienne Dugaiby
La seconde partie débutera par une biographie du savant et un résumé de ses principaux travaux. Nous tenterons en particulier de comprendre quelles étaient ses relations avec les autres académiciens. Nous comparerons ensuite sa contribution inédite en longimétrie avec les questions traitées durant cette période, à Lyon ou dans les ouvrages sur le sujet. Ses descriptions d’instruments de longimétrie seront plus particulièrement développées et questionnées selon des points de vue pratique, technique,   théorique.

date et horaires: vendredi 1 septembre à 14h30
lieu : la Pagode
jury : Marie Line Gardes, Sébastien Gauthier, Marc Moyon ( rapporteur) et Hugues Chabot (directeur)