Jérôme Pick a soutenu son mémoire M2 le mercredi 18 juin à 14h, à l'IFE.

Titre : Quand la Terre gronde, l’éruption des conceptions. Impact de l’utilisation d’un environnement informatique pour le dépassement de certaines conceptions à propos du volcanisme en C.M.2.

Résumé:
Cette recherche propose d’évaluer l’impact de l’utilisation d’un Environnement Informatique pour l’Apprentissage Humain (E.I.A.H) sur l’évolution des conceptions d’élèves à propos du volcanisme à l’école élémentaire. Les supports utilisés en classe peuvent avoir une influence sur la construction de savoirs des apprenants.
Nous nous intéressons dans cette étude à l’évolution des conceptions d’élèves scolarisés en classe de Cours Moyen 2 et notamment au passage d’une conception locale à une conception centrale du volcanisme en fonction du support utilisé. Nous avons réalisé une étude comparative entre un groupe expérimental composé de 19 élèves utilisant, lors d’une séance, l’E.I.A.H Quand la Terre gronde contentant un ensemble de simulations et un groupe témoin composé de 22 élèves utilisant, lors d’une séance, un manuel de sciences. Cette étude vise à comparer les conceptions des élèves avant et après apprentissage pour repérer s’il existe des différences significatives qui relèveraient de l’utilisation ou non de l’environnement informatique.
Nous avons également procédé à une étude qualitative sur le groupe expérimental visant à déterminer si l’utilisation de cet environnement entraîne des évolutions à l’intérieur même d’une conception et permet ainsi la construction de savoirs favorisant par la suite le passage d’une conception locale à une conception centrale.
Les résultats obtenus indiquent qu’il n’existe pas une différence significative entre les deux groupes testés du point de vue du changement de grande conception. L’E.I.A.H ne semble pas plus efficace qu’un manuel de sciences pour permettre le passage de la conception locale à la conception centrale.
D’autre part, l’étude qualitative montre que le logiciel est efficace pour la construction de savoirs concernant la formation du cône volcanique (devenir de la lave, le volcan ne préexiste pas aux éruptions et n’est pas une montagne). Les résultats mettent également en évidence le renforcement ou l’apparition de conceptions erronées en ce qui concerne le devenir des autres projections de l’éruption (cendres, bombes).
Les constats faits dans l’étude peuvent permettre aux enseignants de modifier leur pratique et propose des pistes de solutions aux concepteurs de supports didactiques pour
éviter les problèmes constatés.

Jury : Frédéric Charles, Eric Sanchez (rapporteur), Jana Trgalova